En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. J'accepte

En savoir plus sur le couteau

La coutellerie est un métier fascinant qui allie design, mécanisme et précision.

Découvrez ici les secrets de fabrication d’un couteau d’Art ainsi que quelques conseils pour bien choisir son couteau et comment l’entretenir. 

Les étapes de fabrication d’un couteau

Étape n°1 : La conception du couteau 

Un bon design est toujours intimement lié à la fonctionnalité et à l’ergonomie du couteau. Ensuite, les caractéristiques techniques s’imposent à l’artisan pour qu’il assure la bonne tenue nécessaire au couteau.

Étape n°2 : Le choix des bois

Les couteaux proposés par VICTOR se transmettent de génération en génération, donc les matériaux doivent être parfaitement fiables. Les artisans-créateurs sélectionnent des bois anciens et rares, séchés naturellement et longtemps (du buis de plus de 20 ans par exemple).

Étape n°3 : Le choix des lames

Pour le métal, les couteliers VICTOR tiennent compte de l’utilisation finale du couteau afin de choisir le métal spécifique qui rendra son couteau unique. Dans sa gamme de coutellerie d’Art, VICTOR propose notamment des lames haut de gamme en acier Damas, un acier feuilleté noir et blanc, soudé à la forge et aux qualités mécaniques hors du commun.

Étape n°4 : L’assemblage 

Celui-ci est fait à la main et de manière à pouvoir désassembler facilement le couteau, pour l’entretien ou une éventuelle réparation. Cela permet de garantir la qualite du couteau sans limite de temps.

Étape n°5 : Finition et contrôle qualité 

Le savoir-faire qui semble exceptionnel est en fait tout naturel car il est lié à une passion sans limite doublée d’une conscience professionnelle aiguë. Les couteliers VICTOR prennent leur temps, par respect pour leurs clients et par amour pour leurs couteaux. Pour chaque pièce, le coutelier s’engage en imposant son poinçon et en signant le Certificat d’Authenticite VICTOR, signe d’un couteau fabriqué dans les règles de l’Art.

Bien choisir son couteau

Étape n°1 :

Il faut que visuellement le couteau semble équilibré. C’est-à-dire que la longueur de la lame soit proportionnelle à la longueur du manche. La lame doit juste être un peu plus petite pour se glisser à l’intérieur du manche.

Étape n°2 :

Quand le couteau est fermé, la lame doit toujours se situer exactement au milieu des 2 platines. Cela permet d’assurer le parfait fonctionnement mécanique du couteau dans le temps.

Étape n°3 :

La pointe de la lame doit être très fine et ne pas se terminer en « queue de vipère ». C’est-à-dire qu’il ne doit y avoir aucun angle visible. Une pointe très fine permet d’optimiser l’affûtage.

Étape n°4 :

Lorsque l’on regarde un couteau on doit toujours s’assurer que les bois soient parfaitement polis. Pour cela, on passe le couteau sous une lumière afin de faire jouer le reflet du bois qui doit donc être net. Enfin, le toucher doit être parfaitement lisse et doux des 2 côtés.

Étape n°5 :

L’intérieur du couteau doit avoir un ponçage octogonal, sans rayure. Pour cela on le passe encore sous la lumière, il faut que l’œil ne décèle absolument rien, s’il est « normal » c’est en fait un très bon couteau.

Étape n°6 :

La lame doit aussi être très fine sur le tranchant. Pour s’en assurer on pince la lame en partant du dos et on descend jusqu’au tranchant. On doit sentir sous ses doigts un tranchant très fin.

Comment entretenir son couteau

L’entretien d’un couteau est très simple. Pour les mécanismes à languette bloquante*, il suffit de nettoyer les endroits où porte la lame. Pour cela on utilise un cure-dent, pour nettoyer vers le haut et vers le bas. Cette partie peut en effet s’encrasser avec des miettes de pain par exemple ou de la poussière.

On évitera aussi autant que possible de passer le manche sous l’eau, pour ne laver que la lame. En effet, l’eau se mélange avec des impuretés et cela peut gripper le mécanisme. Cette précaution s’applique pour les manches en bois, comme ceux en métal.

Enfin, il faut prévoir un affûtage de temps en temps, en fonction de l’utilisation. Attention à la céramique des assiettes qui peut abîmer la lame. Pour éviter tout problème il ne faut jamais utiliser son couteau à la perpendiculaire et toujours le pencher légèrement sur le côté.

*La languette bloquante est la barre qui fait l’entretoise sur le couteau.